Un jardin au coeur des Vigne du Vully

Aujourd’hui je travaille sur un projet particulier. Il ne s’agit pas de dessiner un jardin mais de recomposer des grande massifs qui bordent une belle pelouse ouvrant sur les vignes du Vully. La conception actuelle déçoit un peu les propriétaires. Voyant leur amour de la couleur le précédent paysagiste a installé des azalées et …c’est tout. Les azalées c’est magnifique… mais cela ne fleurit pas très longtemps et il y a beaucoup d’entretient car le sol au pied est découvert.

Je propose de densifier les plantations en étalant les floraisons au maximum et en utilisant des plantes couvre-sol pour simplifier l’entretien. La tâche n’est pas si simple. Qu’allons-nous trouver pour ce lieu en plein soleil et qui soit compatible avec la terre de bruyère?

Avant/Après : Plus de densité et de diversité

De la couleur toute l’année

  • En premier plans des massif je choisis des Erigerons karvinskianus (Vergerette de Karvinski). Ces plantes très faciles à vivre ont une seule exigence : un sol bien drainé. En retour elle offre une floraison record : un tapis de fleurs de mai à octobre.
  • Quelques séduisantes Gaura blanches et roses viennent apporter de la légèreté et de la couleur très longue durée. Ici il est particulièrement important de choisir son cultivar (je vous écrirai bientôt un billet les différentes Gaura que j’ai testées).
  • Pour un petit coup de peps en automne je rajoute un magnifique aster. Encore une fois il ne s’agit pas de prendre le premier aster venu. Certains seraient bien trop hauts, d’autres sont magnifiques mais se couvrent de blanc (oïdium).
Un automne vibrant de couleur : violet de l’aster, cuivre de l’amélanchier et toujours la douceur des petites vergerettes de Karvinski.
  • Différentes bruyères vont apporter de la couleur de décembre à mai et vont aussi jouer la fonction de couvre sol.
  • Il ne faut surtout pas oublier de mettre une multitude de petits bulbes rustiques ou botaniques comme le crocus, des muscaris et des petits narcisses en mélange. C’est tellement agréable d’avoir un jardin bien fleuri dès février.

De la hauteur et des surprises 

Pour donner un peu de hauteur je choisit un petit arbre pour chaque massif. Cela permettra de créer une répétition agréable à l’œil. Par contre je choisi des espèces différentes afin d’étager au maximum les floraisons.

Avant /Après : Un jardin beau toute l’année
  • Le Magnolia grandiflora (Magnolia à grandes fleurs) Little Gem, est un nain dans le monde des géants grandiflora. Il se taille bien et a le bon goût de fleurir dès sont plus jeune âge.
  • Les Cornus Kousa sont aussi des arbres avec une superbe floraison et qui sont bien adaptés à la terre de bruyère. Je conseille ici en particulier China Girl et Satomi.
  • Pour de la couleur en hiver je choisi un Hamamelis. Je vous ai déjà présenté ces arbustes ici.

Un peu de gourmandise 

  • Comme on parle de terre de bruyère autant en profiter pour planter des myrtillers. Le Myrtillier Hortblue Petite est une petite merveille : il est auto-fertile, fructifie deux fois par an et il se pare d’une belle couleur en automne.
  • J’ajoute aussi deux Amelanchiers Lamarckii. L’amélanchier est un arbuste que j’adore car il est beau toute l’année ou presque et il offre des petits fruits noirs délicieux .

Conclusion : Le plan a beaucoup plu. On se retrouve dans quelques semaines pour la plantation.

Hamamelis ou noisetiers de sorcière : des fleurs en plein hiver

Beau toute l’année :

Vous connaissez mon amour pour les arbustes qui apportent quelque chose au jardin à plusieurs moments de l’année. C’est bien le cas avec l’hamamélis, un arbuste qui présente de nombreux atouts :

  • une merveilleuse floraison au cœur de l’hiver (de janvier à mars) et très longue (2 à 3 mois)
  • de somptueuse couleurs en automne
  • un port évasé peu courant et très élégant
  • une croissance lente ce qui en fait un très bon arbuste même pour les petits jardins.

Lequel choisir ? Le conseil du paysagiste :

Choisissez avec soin votre hamamelis en fonction de l’endroit où vous souhaitez le planter. Je dis souvent que toutes les variétés ne se valent pas. Ceci est particulièrement vrai pour les floraisons d’hiver. Voyons ensemble les différents cas de figure.

Si vous plantez votre hamamelis un peu loin de vos fenêtres je vous conseille de privilégier une floraison jaune comme ‘Arnold Promise’. Si vous souhaitez un hamamelis à floraison orange ou rouge, vous pouvez le choisir à fleurs crispées (recroquevillées) ce qui intensifie la couleur. 

Si vous pensez le placer près de votre passage, ‘Pallida’ qui est parfumé est un excellent choix.

Si vous avez un grand jardin dans lequel vous avez la chance de vous promenez toute l’année, n’hésitez pas à créer un somptueux massif d’hiver en associant différentes couleurs d’hamamélis. Vous pouvez associer plusieurs couleurs : le jaune classique au rouge de ‘Diane’ ou à l’orange cuivré de ‘Jelena’.

Où le planter?

C’est un arbuste très rustique qui résiste jusqu’à – 17°C en sol bien drainé.
On le dit préférer les sols légèrement acides mais ce n’est visiblement pas une obligation absolue car les miens sont plantés en sol un peu calcaire (depuis 5 ans) et poussent très bien. Dans ce cas il faut soigner la plantation en apportant beaucoup de terre de bruyère et du composte (pour maintenir l’humidité).

Les hamamelis ont besoin de lumière au printemps pour fleurir. Vous pouvez donc les planter soit au soleil soit à la  mis-ombre d’arbres caduques. Encore une fois cela dépend aussi d’où vous habitez. Je vie en Suisse et j’ai fait le choix d’en placer un plein soleil (car juste devant mes fenêtres). Je veille juste à l’arroser un peu en été. L’autre qui est à mis-ombre se débrouille seul.

Convaincu par ce bel arbuste ? Il est encore temps d’aller le choisir en pleine floraison et de l’intégrer à votre jardin.