Le Safran : c’est facile !

Les fameux stigmates rouges du safran

Je me suis lancée dans la culture du safran il y a 3 ans. C’est une culture très facile. Voici quelques bonnes raison de planter du safran cez soi.

  1. La plantation est simple. Elle se fait à la fin de l’été en août idéalement en septembre cela fonctionne aussi. La seule précaution à prendre en les plantant est de leur offrir un sol drainant. Or si vous me suivez, vous savez que …. le sol de mon jardin est détrempé en hiver. La solution est simple : j’ai fait la plantation dans un mélange de terre et de petits graviers. Pas de stress concernant la profondeur de plantation, j’ai fait des essais : une fois la taille du bulbe en profondeur, deux fois, trois fois : les résultats sont identiques.
  2. Il ne demande aucun entretien. Pour ma part je les ai plantés et c’est tout. Pas d’arrosage. Rien. Il faut seulement désherber.
  3. Ils reviennent chaque année : cela fait 3 ans que j’ai planté les miens et la récolte est chaque année plus importante. Dès la première année j’ai pu récolter quelques précieux filaments.
  4. Ils sont beaux : de très jolies fleurs violettes chinées qui ont le bon goût d’égailler notre jardin mi-fin octobre.
  5. Ils sont délicieux : pas les bulbes mais les stigmates …c’est à dire le safran.

Les fleurs de safran ressemblent à celles des crocus (même famille). Attention les crocus et colchiques sont toxiques. Mais il n’y pas vraiment de risque de se tromper : seuls les safrans ont ces beaux stigmates rouges.

Chez moi et mes astuces .

Aujourd’hui il fait beau, une accalmie après de grosses pluies. J’en profite pour récolter mon safran.

Astuce 1 : récoltez le plus tôt possible au moment de la floraison. N’hésitez pas à écarter un peu les pétales d’une fleur pas encore ouverte pour prélever les stigmates. Attention : ne confondez pas les étamines jaunes et courtes avec les stigmates rouges et longs. Prélevez seulement ces derniers.

Astuce 2 : ne coupez pas les fleurs qui sont si jolies. Coupez seulement les stigmates rouges et laissez les fleurs apporter de la couleur à votre jardin. Grâce à cette astuce vous pourrez respecter le point n°1 sans état d’âme.

Astuce 3 : faîtes sécher les stigmates au four. Pour ma part je les mets 35 minutes à 45°C. Ils sont secs quand ils sont devenus cassants. La première année je les avais laissé sécher à l’air libre : goût de rance et déception.

Astuce 4 : il ne faut pas consommer votre safran tout de suite mais il faut le laisser maturer. Je le mets dans un bocal hermétique et attends deux mois avant de le consommer. J’ai essayé de consommer les stigmates juste après séchage mais je les ai trouvés sans goût.

Je n’ai jamais essayé de faire un échantillonnage pour savoir à partir de quand le safran est bon. Peut-être qu’un mois suffit ? N’hésitez à me faire part de vos expériences.

Une petite recette toute simple pour en profiter :

J’espère que je vous ai convaincu que la culture du safran était à portée de tous. N’hésitez pas à me faire part de votre expérience ou à me demander des précisions si certains points restent obscurs.

Plantation en terrain très difficile

Le contexte : un petit paradis sur une dalle de béton

Vous le savez, mon jardin c’est 50 cm de mauvaise terre sur …une dale de béton. Je vous en ai déjà parlé ici. Il s’agit donc d’un vrai défi, notamment au niveau drainage pour les arbres ou arbustes.

Je vous présente ma technique pour réaliser des plantations dans ce type de terrain très difficile. Encore une fois (presque) tout est possible quand on soigne la plantation.

Aujourd’hui je comble un trou dans ma haie. En effet cette hiver j’ai déplacé certains arbustes pour les mettre mieux en valeur.

Les étapes : une la plantation soignée

  1. Réalisez le trou. Faites le toujours bien plus grand que la motte, c’est dur mais ça vaut le coup, surtout si votre sol est ingrat.

2. Versez des cailloux au fond (vous pouvez réutiliser ceux que vous avez collectés dans vos massifs et stockés dans un coin du jardin). Sinon vous pouvez utiliser des billes d’argiles expansée. Ici j’ai rajouté des billes d’argiles par dessus les cailloux pour avoir une large couche de drainage.

3. Séparez le drainage du sol de plantation à l’aide d’un géotextile que vous placez par dessus les cailloux.

4. Ajouter votre terre de plantation. J’utilise un mélange de terreau, de composte et de sol du jardin.

Conclusion :

Ici l’arbuste est en pleine terre, mais le sol est si mauvais qu’on soigne la plantation comme si c’était en pot. C’est essentiel et ça fonctionne très bien !

Si votre sol est trop drainant (sol sableux) vous pouvez prendre l’astuce du géotextile mais vous le placez au fond de votre fosse et vous n’ajoutez pas de drainage.

C’est le moment de : semer les pavots somnifères.

Les pavots forment une grande famille de très de jolies fleurs dont les coquelicots font partie. Mes préférées sont les pavots somnifères car ils sont merveilleusement beaux et ultra-faciles à réussir. On trouve de nombreux coloris du blanc au violet très foncé.

Semis : Je les sème à la volée en février, directement là où je souhaite les voir fleurir. Ils se ressèment d’année en année, un vrai bonheur.

Emplacement: Au soleil. Ils ont la réputation d’aimer les sols léger mais ils se plaisent bien chez moi en sol lourd.

Les capsules de pavot sont elles aussi très décoratives.

Entretient : aucun entretient n’est nécessaire, il s’agit d’une plante bien rustique. Les jardiniers les plus soigneux enlèveront les feuilles de la base qui jaunissent.

Conseil : je propose de les placer au second rang dans votre massif, les vivaces de bord de massif cacheront leur feuillage lorsqu’ils sèchent.

Un petit exemple : Aujourd’hui au jardin. J’ai décidé d’ajouter des pavots de couleurs sombres au massif abricot. J’enlève la couche de feuille qui a protégé la terre cet hiver. J’ameublie légèrement en surface avec une fourchette en prenant soin de ne pas déranger les floraisons du moment. Et je finis en semant à la volée.

A savoir : Les pavots d’orient quant à eux se trouvent facilement en godet. Enfin il existe aussi une grande vivace qui arbore le même type de fleur : le pavot en arbre.

Un jardin beau même en hiver !

Pour ceux qui comme moi ont la chance d’avoir de grandes baies vitrées qui s’ouvrent sur le jardin, il est agréable que celui-ci soit toujours beau. Le mois de décembre n’est pas le plus facile à colorer au jardin. Il n’y a pas encore les belles floraisons de fin-janvier et février dont je vous reparlerai dans un autre article.

Pourtant regarder comme c’est beau sous la neige !

Les astuces sont simples :

  1. Ne coupez pas vos graminées au ras du sol avant l’hiver. On pourrait croire que cela va faire propre … ça fait simplement triste. En les gardant vous ajouter une touche de jaune doux au jardin. Au printemps vous les peignerez avec la main pour ôter les pailles sèches.
  2. N’hésitez pas à ponctuer votre haie d’arbustes persistants par quelques arbres qui gardent leurs feuilles sèches et qui amènent aussi un peu de douceur au jardin.
  3. Plantez quelques arbres à fruits décoratifs comme ici les pommiers d’ornement aussi appelés pommetiers.
  4. N’hésitez pas à avoir quelques parties très structurées au jardin : topiaires, haies basse taillées (comme ici).
  5. Pensez aussi aux arbustes donc le tronc et les branches sont colorés comme ce joli érable du japon aux teintes jaunes dorées en hiver.

N’hésitez pas à partager vos expériences ou à poser de questions sur l’hiver au jardin.